Sport

Les grandes victoires de Raymond Poulidor

Le monde du cyclisme est en deuil depuis l’annonce du décès de Raymond Poulidor mercredi 13 novembre. L’un des plus beaux palmarès du cyclisme français s’est éteint à l’âge de 83 ans mais les souvenirs restent et « Poupou » en a laissé plus d’un durant sa carrière. Retour sur les cinq grandes dates de la carrière de « l’éternel second » du Tour de France.

De Milan San-Remo 1961 au Tour de France 1964 et en passant par sa victoire sur le Tour d’Espagne, Poulidor est devenu un monument du cyclisme. Il a marqué le sport français de son empreinte.

18 mars 1961 : Sa première grande victoire avec Milan San-Remo

Le natif de Masbaraud-Mérignat a dû attendre sa deuxième saison professionnelle pour remporter son premier monument. Le 18 mars 1961, alors âgé de 25 ans, le coureur de l’équipe Mercier-BP-Hutchinson prend le départ de sa toute première Classicissima sans s’attendre à une telle issue : « Au départ, je ne comptais vraiment pas gagner, avec le lot de coureurs qu’il y avait » explique Poulidor après avoir franchi la ligne d’arrivée.

Le malchanceux est victime d’une crevaison à 60 km de l’arrivée et pense alors abandonner, ce que son directeur sportif Antonin Magne refuse. Après une longue course-poursuite, il parvient à revenir sur le peloton et va même s’en extirper avec deux concurrents au pied du Poggio, la célèbre dernière difficulté de la course. Plus malin, le Français attaque dans la montée et bascule au sommet avec 20 secondes d’avance. Il tient jusqu’au bout et s’impose devant le Belge Rik Van Looy pour 3 petites secondes. La machine est lancée.

3 septembre 1961 : le maillot tricolore sur les épaules

Quelques mois après sa grande victoire sur la classique italienne, celui que l’on ne surnomme pas encore « Poupou » prend le départ des championnats de France de cyclisme sur route, le 3 septembre 1961. La course marque le début de l’une des plus importantes rivalités du cyclisme français avec les duels opposants Poulidor à Jacques Anquetil. Sur les terres normandes de ce dernier, le Limousin va attaquer à plusieurs reprises dans la seule difficulté que compose cette course sur circuit. Lâchant Anquetil qui finira quatrième, Raymond Poulidor voit pourtant revenir un autre concurrent, Jean Stablinski, qui prend alors naïvement l’ensemble des relais jusqu’aux derniers 500m. Offrant sur un tapis rouge la victoire au chouchou des Français. Poulidor est champion de France et revête le maillot tricolore pour la première fois de sa carrière.

gettyimages-532800284-1-1920x1278
Raymond Poulidor et son petit fils, le Hollandais Mathieu Van der Poel, double champion du monde de cyclocross et grand espoir du cyclisme mondial (Getty Images/ Tim De Waele)

12 juillet 1962 : sa première victoire sur son premier Tour de France

Raymond Poulidor dispute son premier Tour de France en 1962 et le débute un bras dans le plâtre, blessé à la main lors d’un entrainement quelques jours plus tôt. Rapidement distancé par les favoris, le tout nouveau « Poupou » décide de se réveiller dans les Alpes sous la pression de son directeur sportif.

Lors de la 19ème étape, le champion de France 1961 attaque et rattrape les trois hommes de tête dans le col de Porte, à une vitesse phénoménale. Il lui reste encore deux grandes ascensions. Il les négociera parfaitement pour accroitre son avance et passer la ligne d’arrivée à Aix-les-Bains en tête, avec trois minutes d’avance sur ses poursuivants. Aucun favoris ne parviennent à le suivre durant cette étape, même pas Anquetil pourtant leader de la Grande boucle à ce moment-là. Poulidor en profite pour grimper à la 3ème place du classement général qu’il confortera jusqu’à Paris. Premier Tour de France, première victoire d’étape et premier podium pour le Limousin.

16 mai 1964 : son unique grand tour avec la Vuelta

Après deux participations au Tour de France dont un podium, Raymond Poulidor décide en 1964 de s’essayer au troisième tour le plus prestigieux, le Tour d’Espagne. Un an auparavant c’est son grand rival Jacques Anquetil qui s’était imposé en terre ibérique, Poulidor ne pouvait que lui répondre, sur le vélo.

Le coureur de Mercier ne parvient pas à s’illustrer durant la première partie de la course et le classement général est dominé un temps par le Belge Rik Van Looy puis un autre temps par des Espagnols. Au départ du contre-la-montre comptant pour la 15ème étape (sur 17), Poulidor se trouve à un peu moins de deux minutes du porteur du maillot jaune de l’époque. L’ancien champion de France surclasse tous ses concurrents, s’adjuge l’étape et prend la tête du classement, qu’il gardera jusqu’à Madrid. Poupou envoie un message clair à Anquetil et s’impose un peu plus dans le monde du cyclisme.

15736347064098
Poupou après sa victoire sur le Tour d’Espagne 1964

16 mars 1972 : Poulidor renverse Eddy Merckx et gagne Paris-Nice

Alors qu’il sort de deux saisons moyennes, Raymond Poulidor décide de se lancer une nouvelle fois sur le départ de Paris-Nice. La tâche s’annonce compliquée avec la présence du Belge Eddy Merckx dans ses plus belles années.

Le triple tenant du titre prend immédiatement la tête du classement général en s’imposant devant le Limousin pour six secondes durant le prologue. Bis repetita durant la 2ème étape, mais cette fois-ci avec seulement trois secondes d’avance et durant la 5ème étape où Poulidor prend cette fois-ci la troisième place avec 5 secondes de retard. Un duel inédit s’annonce entre les deux coureurs, Eddy Merckx semble se diriger vers une nouvelle victoire sur l’épreuve qu’il a mené de bout en bout. Mais lors de l’ultime étape, un contre-la-montre reliant Nice et le Col d’Èze, le Français l’emporte avec six petites secondes d’avance sur le Belge, deuxième. Suffisant pour le dépasser au classement général. Raymond Poulidor signe l’une de ses plus grandes victoires et détrône « le Cannibale ». Poupou réitère l’exploit l’année suivante et rentre définitivement au panthéon du cyclisme français.

0 comments on “Les grandes victoires de Raymond Poulidor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :