Culture & Société International National

Coronavirus : Chloé, 14 ans, victime de harcèlement scolaire

Un nouveau mort en France. Un professeur de 60 ans, originaire de l’Oise, est décédé de l’épidémie qui ne cesse de s’accélérer : Le coronavirus. On compte aujourd’hui 2715 morts en Chine, pour plus de 78 000 cas. 18 cas ont été recensés en France, 2 morts. La panique générale crée une vague d’amalgames et d’actes racistes envers les populations asiatiques. C’est le cas de Chloé*, 14 ans,  élève en classe de 4ème dans un collège privé de Paris. Elle est victime de harcèlement scolaire et d’intimidation car cette dernière est d’origine chinoise.

Quand est-ce que les humiliations et les menaces ont commencé ? 

C’était quelques jours après l’annonce du coronavirus. Des élèves ont commencé à venir me voir pour me dire que j’avais sûrement le virus, que mes parents ou que l’un des membres de ma famille devait l’avoir. Ils étaient persuadés que j’étais contaminée. Ils me disaient que j’étais soi-disant trop blanche pour une chinoise, donc que j’étais sûrement malade. Ils ont commencé à m’éviter dès que je toussais, me disaient de garder mes microbes et que je n’étais pas censé venir en cours.

Est-ce que tu as essayé de leur expliquer qu’être chinoise ne voulait pas forcément dire être contaminé par le virus ? 

J’ai essayé de leur expliquer que cela faisait sept mois que je n’étais pas allée en Chine, et qu’aucun membre de ma famille n’y était retourné. Mais personne ne voulait me croire. Ils me disaient que je mentais pour ne pas être renvoyé de l’école, ou carrément dans mon pays. 

Est-ce que ces intimidations sont allées plus loin ? 

Oui. Au début, c’était juste des regards dans les couloirs, des personnes qui chuchotaient entre elles en me voyant passer. Puis un jour, je suis sortie de ma classe. Trois filles et deux garçons m’attendaient et m’ont entouré pour m’insulter et me faire jurer de rester chez moi la prochaine fois pour « manger mes chauves-souris avec ma famille » comme ils disaient. 

As-tu essayé de te plaindre à tes professeurs ou au CPE de ton collège ?

Au début, je ne voulais pas. Puis, après quelques jours, deux copines m’ont forcé à aller voir notre professeure principale pour lui en parler. Elle a voulu que je lui fasse une liste de mes harceleurs. Je n’avais pas voulu, mais j’ai été obligée après qu’elle ait insisté. C’est à ce moment-là que les choses ont empiré. Quelques personnes, avec qui j’étais vraiment très amis, ont commencé à venir me voir pour m’insulter. Me dire que je n’avais pas à donner des noms. Que les victimes c’étaient elles, pas moi. Ils répétaient que je voulais juste faire l’intéressante. Ils ont ensuite commencé à me bousculer quand on se croisait dans les couloirs ou dans les escaliers de l’école. 

Est-ce qu’il t’est arrivé de ne plus aller à l’école à cause de ça ? 

Après les premières menaces physiques, oui. J’avais fait semblant d’être malade. J’ai dit à ma mère que je ne me sentais pas bien. Elle m’a donc laissé à la maison. 

Quelles sont les sanctions pour ces personnes ? 

Deux filles et un garçon ont été punis. Ils ont eu des heures de colle, un avertissement de comportement chacun, et leurs parents ont été convoqué.  Ils se sont finalement excusés. Cependant, ils m’évitent depuis cette histoire. 

Et maintenant ? Comment s’est déroulé ton retour ?

Quand je suis revenue en cours, ma professeure principale a décidé de parler du virus pendant l’heure de vie de classe. Elle m’a fait venir devant tout le monde et a commencé à me poser des questions pour leur montrer que je n’étais pas contaminée. Le cours s’est terminé sur une sorte de discours sur le harcèlement scolaire qui nous rappelait à tous que le virus n’était pas une excuse pour harceler d’autres élèves. 

C’est la première fois que tu subis du harcèlement scolaire ?

C’est la première fois. En temps normal, je m’entends plutôt bien avec tout le monde. À 14 ans, je n’aurai jamais cru que je me ferai harceler pour ce genre d’histoire. Ils ne savaient pas ce qu’était le virus, je les excuse. Ça m’a fait mal, mais heureusement, aujourd’hui ça va mieux.

* Le nom a été changé

0 comments on “Coronavirus : Chloé, 14 ans, victime de harcèlement scolaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :