International

Coronavirus : un point sur l’Europe

La France est entrée aujourd’hui dans son troisième jour de confinement pour faire la « guerre » au coronavirus. Le Parlement doit voter jeudi et vendredi 20 mars « l’état d’urgence sanitaire ». Et chez nos voisins, comment ça se passe ?

La France est passée en stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis le samedi 14 mars. Aujourd’hui, l’ensemble de la population est contrainte au confinement quasi-total. Seuls les déplacements « nécessaires » sont autorisés, à savoir ceux pour exercer une activité professionnelle indispensable, ceux liés aux achats de première nécessité, ceux consistant à venir en aide à aux personnes vulnérables et enfin ceux liés aux besoins sportifs. Une attestation est obligatoire pour justifier vos sorties.  Ce jeudi soir, on compte 10 995 cas confirmés en France, et 372 décès enregistrés. De l’autre côté des frontières, la situation n’est pas plus rassurante.

En Italie

Depuis une dizaine de jours, le pays est en confinement total. Les rues sont désertes, notamment dans le Nord, zone la plus touchée. Les bars, cafés, discothèques, cinémas, parcs…. Tout est fermé. Les évènements sportifs et culturels sont reportés ou annulés sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui, l’Italie est devenu le premier pays le plus touché par la pandémie, devant la Chine.

Les chiffres de cas et de décès sont extrêmement alarmants. L’Italie a malheureusement franchi un nouveau palier aujourd’hui, jeudi 19 mars.

La quarantaine est donc jusqu’à nouvel ordre maintenu et prolongée au-delà de la date initiale du 3 avril 2020. Seule une baisse considérable des cas et décès pourrait changer la donne. Une équipe multidisciplinaire de chercheurs à l’Université de Gênes a estimé que le pic de l’épidémie pourrait avoir lieu entre le 23 et le 25 mars 2020.

En Espagne

En Espagne, on dénombre 17 395 personnes testées positivement au Covid-19 et 803 morts ce jeudi en Espagne. Pour tenter d’endiguer la propagation du virus, la municipalité de Madrid a pris des mesures draconiennes.  Les citoyens ont interdiction de se promener, rendre visite aux familles ou à des amis, faire du sport à l’extérieur, rendre visite à un voisin ou fêter un anniversaire. Pour guérir les malades, la capitale a décidé de les transporter dans un hôtel afin d’alléger la pression dans les hôpitaux.

D’autre part, le gouvernement espagnol a fermé ses frontières terrestres. Il n’y a plus moyen pour les Français et les Portugais de passer la douane. Toute entrée et sortie est interdite.

Au Royaume-Uni

De l’autre côté de la Manche, le gouvernement britannique a annoncé ce jeudi la fermeture de ses écoles. Celles-ci fermeront « vendredi après-midi et resteront fermées jusqu’à nouvel ordre » a déclaré le Premier ministre Boris Johnson. L’objectif étant de « ralentir la propagation du virus ». Si le Royaume-Uni retire son intention d’adopter la stratégie de l’immunité collective, il refuse pour autant d’annoncer un confinement général pour le moment. Seules les personnes de plus de 70 ans le sont. Le pays compte actuellement 3 269 personnes infectées par le virus et 144 décès.

En Allemagne

Outre-Rhin, la situation continue de s’aggraver également. Le pays compte 14 602 personnes infectées par le coronavirus et 44 morts sont à déplorer selon le dernier bilan. Un nombre de cas plus élevés qu’en France, mais beaucoup moins de décès. Depuis le début de semaine, la chancelière Angela Merkel a décidé de fermer la frontière avec la France, la Suisse et l’Autriche pour endiguer la propagation du coronavirus. La plupart des magasins et certains espaces publics sont fermés, mais le pays n’est toujours pas passé au stade du confinement comme en France, en Italie ou en Espagne.

En Belgique

La Belgique a relevé 1 795 cas détectés et 21 décès dans l’ensemble de son territoire. La situation s’est sévèrement aggravé ces derniers jours et ces dernières heures. Ainsi, le gouvernement a annoncé mettre en place de nouvelles mesures. Le pays est en confinement depuis mercredi 18 mars à midi, jusqu’au 5 avril inclus. La Première ministre Sophie Wilmès a détaillé les principaux axes de cette procédure (sorties, commerces, établissements scolaires…) lors d’une conférence de presse. 

Au Portugal

Selon le dernier bilan, 785 cas de coronavirus ont été détectés pour 3 décès seulement. Le bilan reste stable dans le pays. Depuis vendredi 13 mars, le Portugal est en état d’alerte. Le Premier ministre, Antonio Costa, a annoncé la fermeture des écoles et la limitation de l’activité des bars, restaurants, discothèques ou centres commerciaux. Aucune procédure de confinement n’a en revanche été annoncée. Sur Twitter, l’attitude des Portugais face à la propagation du virus fait réagir.

En Grèce

La Grèce compte à ce jour 418 cas de coronavirus et 5 morts. La dernière victime en date est un homme de 53 ans, la plus jeune victime du pays. Le gouvernement s’est exprimé sur la situation. « Pour diminuer la propagation du virus dans notre pays, nous avons décidé de la fermeture de tous les centres commerciaux, de tous les cafés, bars, cafétérias, restaurants, des bibliothèques, des musées, des sites archéologiques, des centres sportifs, des centres d’esthétique » a annoncé vendredi 13 mars, le porte-parole du ministère de la Santé, Sotiris Tsiordas. La police a procédé à une centaine d’ arrestations de personnes qui ne respectaient pas ces consignes.

0 comments on “Coronavirus : un point sur l’Europe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :