Culture & Société National

Coronavirus : tous en galère, tous solidaires !

Les Français sont confinés depuis mardi pour limiter l’épidémie du coronavirus. Pour venir en aide aux plus démunis, aux plus fragiles et aux plus occupés, les gestes de solidarité se sont multipliés.

Courses, gardes d’enfants, achats de médicaments… Il n’y a pas que le Covid-19 qui est contagieux, la bienveillance aussi. Retour sur ces gestes de solidarité qui, en cette période de confinement, font chaud au coeur.

Un coup de main entre voisins

Promener son chien, lui faire ses courses, acheter ses médicaments ou encore garder ses enfants… Il y a de nombreuses façons de venir en aide à son voisin, quand celui-ci ne se suffit plus à lui-meme, pour faire face à l’épidémie. Pour faciliter ces démarches, il existe des associations comme « voisins solidaires » qui permettent de télécharger des affichettes pour donner ses coordonnées à ses voisins et ainsi lui proposer différents services.

« Voilà pour vous, inutile de me remercier ! Les voisins, c’est fait pour s’entraider ! » Pauline, institutrice et résidente à Paris, s’est portée volontaire pour effectuer les courses de son voisin Gérard, un retraité de 75 ans. « Cela fait plus de 20 ans que nous sommes voisins avec Gérard. Il est diminué physiquement, ce serait grotesque de ma part de le laisser sortir, il faut réduire les risques ! » explique-t-elle avec bienveillance, au pied de l’ascenseur de son immeuble.

Les aide-soignants à l’honneur

Tous les soirs, à 20h, les français applaudissent depuis leurs balcons. Un moyen d’exprimer leur soutien et leurs encouragements aux « héros en blouse blanche ». Le personnel soignant se retrouve débordé et en manque de matériel en cette période de crise sanitaire. Le soutien s’exprime aussi par l’intermédiaire des restaurants et des enseignes qui offrent des repas pour donner des forces au personnel soignant. C’est le cas de nombreuses pizzerias en France.

Depuis lundi 16 mars, c’est le groupe LVMH qui se mobilise pour fabriquer en grande quantité des gels hydroalcooliques pour les distribuer gratuitement à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Une action pour aider ces hôpitaux qui se retrouvent vites démunies. La chaine d’alimentation Leclerc a exceptionnellement ouvert un de ses magasins en avance pour permettre à ces héros en blouse blanche de s’approvisionner le mieux possible.

À l’entrée du centre commercial, nous rencontrons Cécile, infirmière, qui reste dubitative face à cet élan de solidarité. « C’est génial, certes. Mais le problème c’est qu’une fois cette terrible épidémie terminée, j’ai peur que nous retombions dans l’anonymat ».

Le monde sportif mobilisé lui aussi

À l’arrêt, le monde du sport s’organise face à l’épidémie de coronavirus. Il est aussi touché à l’instar de la Fiorentina qui a annoncé dix cas positifs dans ses effectifs. Des stars Françaises comme Rudy Gobert ou Blaise Matuidi sont également atteintes du virus. Pour lutter contre cette épidémie et aider au mieux les soignants à guérir les malades, des clubs de football comme Manchester United et l’AS Roma ont fait des dons. L’Olympique Lyonnais a donné 100 000 € pour financer « deux projets de recherche clinique menés par les équipes de médecins chercheurs des Hospices Civils de Lyon » et 200 000 € « pour répondre aux besoins d’urgence comme le matériel et les équipements pour les hôpitaux ».

Le footballeur Franck Ribéry a fait un don de 50.000 euros pour aider les hôpitaux en Italie, et Paul Pogba a mis en place une cagnotte sur Facebook.

Les réseaux sociaux, pratique pour se regrouper

Pour endiguer la propagation du Covid-19, de nombreux groupes d’entraides voient le jour sur les réseaux sociaux comme Facebook. Aide aux personnes isolées, baby-sitting, cours à distance, chacun y va de son initiative durant cette période bouleversée. À Nantes, la mairie a lancé un groupe Facebook pour « coordonner » l’entraide. Les habitants, associations ou entreprises de la région pourront donc échanger grâce à ce groupe et trouver plus facilement des volontaires pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin.

La Ville de Trappes (Yvelines) a lancé le 13 mars, un groupe Facebook de solidarités inter-habitants face à la pandémie de coronavirus. Certains membres se sont déjà manifestés pour proposer leur assistance, notamment en gardant des enfants qui ne peuvent plus aller dans les crèches.

0 comments on “Coronavirus : tous en galère, tous solidaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :