International National Politique Sciences & Technologies

Incendie à Tchernobyl : Une possible radioactivité jusqu’en France ?

Depuis le 4 avril, la zone d’exclusion de Tchernobyl, en Ukraine, brule. Plus de 400 pompiers se mobilisent depuis quelques jours pour stopper la propagation de l’incendie. Il est difficile pour les autorités de l’arrêter. Doit-on craindre une propagation des niveaux de radiation en France ? 

Cet incendie s’est déclenché, il y a dix jours à Prypiat, non loin de Tchernobyl, par un habitant de 27 ans ayant mis le feu à de l’herbe « pour s’amuser », d’après la police. Tchernobyl est, pour rappel, cette ville contaminée suite au « pire accident » nucléaire survenue en 1986. L’explosion aurait contaminé les trois quarts de l’Europe, d’après certaines estimations. Le feu se rapproche, avec le vent et la sécheresse, de la zone d’exclusion de la centrale nucléaire.

Sous estimé par les autorités ukrainiennes, le président Zelensky a pris la parole ce lundi soir, pour annoncer qu’il « suivait la situation de près ». Le service d’urgence a publié dans un communiqué, ce mardi matin : « Il n’y a plus de feu ouvert », mais des « foyers isolés » et des « feux couvants ». D’après le même rapport, « le taux de radiation à Kiev et dans sa région ne dépasse pas le niveau naturel ». Pour Volodymyr Demtchouk, haut responsable des services d’urgence ukrainiens : « la centrale nucléaire de Tchernobyl, les lieux de stockage de déchets radioactifs et les autres infrastructures cruciales de la zone d’exclusion ne sont pas menacés », poste sur son compte Facebook.

Les autorités ont affirmé qu’il n’y avait pas eu d’augmentation de taux de radioactivité mais Iegor Firsov, chef par intérim de l’inspection écologique gouvernementale, avait indiqué que dans l’épicentre de l’incendie les niveaux de radiation « dépassaient largement la norme », avant de revenir sur ses propos, quelques jours après. 

Les ONG s’inquiètent 

Pour Greenpeace, c’est le « pire incendie jamais observé dans la zone d’exclusion de Tchernobyl ». Il s’inquiète de l’arrivée du feu sur l’ancienne centrale, qui est à « environ 1,5 kilomètre » et qui forme un rayon de 30 kilomètres autour d’elle. Pour l’association Criirad, c’est le même ton alarmant : « les incendies peuvent remettre en suspension dans l’atmosphère du césium 137 accumulé dans la biomasse, (et probablement aussi du plutonium et du strontium 90) ». Si le feu venait à atteindre des réacteurs placés sous sarcophage, le risque de propagation de radioactivité pourrait se déployer un peu partout avec les vents.

Credit: Natalia Degtyarenko, une employée de Energoatom, compagnie nationale de production d’énergie nucléaire d’Ukraine.

Depuis le 7 avril, les autorités n’ont pas donné de récentes estimations sur la taille de l’incendie qui ravage les alentours de l’ancienne centrale nucléaire. Elles ne s’expriment pas non plus sur les conséquences que pourrait avoir la dangerosité de la propagation de l’incendie, sur la radioactivité en Europe. « En France, les doses reçues par la population en 1986 sont très faibles. C’est plus particulièrement la thyroïde qui est exposée, par ingestion d’iode 131, présent dans les aliments au cours des 3 mois qui suivent la date de l’accident », estime l’IRNS.

1 comment on “Incendie à Tchernobyl : Une possible radioactivité jusqu’en France ?

  1. Ping : Que reste-il de Tchernobyl 34 ans après ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :