National

Le confinement n’est pas respecté en France

Malgré les rideaux métalliques tirés des magasins, les rues vides et les restrictions de sorties, le confinement n’est pas forcément respecté par les Français qui ne se rendent pas au travail.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé plus de 1 700 gardes à vue pour répétition de non-respect des règles de sorties et plus de 760 000 amendes, depuis le début du confinement. De nombreux rendez-vous « clandestins » sont organisés avec des amis ou des membres de la famille pour se retrouver et discuter. Autre situation récurrente, des commerces d’apparence fermés mais qui continuent à ouvrir partiellement malgré les restrictions du gouvernement. C’est le cas pour ce bar-tabac, situé à quelques kilomètres d’Aurillac (Auvergne-Rhône-Alpes), qui ouvre à ses clients les plus fidèles pour prendre un café et discuter. « On est dans l’arrière-salle et on prend un café rapidement comme d’habitude », nous affirme un client habitué du café. Le gérant n’a pas souhaité répondre, il sait qu’il risque des sanctions. Il garde cependant son bureau de tabac, ouvert.

Certaines entreprises continuent d’être ouvertes, particulièrement dans l’industrie du bâtiment. François est chef d’entreprise dans la vente de matériels de travaux publics. Par manque de protection, il a dû mettre son salarié au chômage partiel. Il continue, tout de même, à travailler seul, « l’entrée et l’accueil sont fermés ». À l’inverse de ses attentes, « j’entends des klaxons, toute la journée devant ma grille. Ce sont des clients ou des fournisseurs qui voient ma voiture garée devant l’entreprise. Ils devinent que je suis dans mon entrepôt ». Quand il discute avec eux, « ils me disent qu’ils travaillent sans protections, je ne comprends pas ! Si c’est comme ça, je rappelle mes salariés dès la semaine prochaine si tout le monde travaille ! ».

Pour un fonctionnaire de police d’Île-de-France, « les gens sont idiots, le confinement n’est pas là pour embêter les gens, c’est un moyen de les contrôler pour leur sécurité ». Pour lui, l’attestation de déplacement dérogatoire est utile pour les déplacements urgents ou professionnels, mais beaucoup usent de la case des déplacements brefs à outrance, notamment pour les activités sportives. « Le sport n’est pas vital, on peut le faire chez soi, même en appartement ».

L’ennui pousse à sortir

Pour certains jeunes, être confinés entre quatre murs, les poussent à sortir et à se rejoindre. Maxime*, habite en banlieue sud de Paris, il rejoint ses amis en bas de chez lui dans une petite cour, propre à l’immeuble : « On se pose, on parle, on écoute de la musique, on dérange personne. Malgré tout, je mets toujours des gants pour éviter d’attraper le virus et de le propager à la maison. On est toujours quatre maximum et on se serre pas la main ». 

Pour les entreprises, comme les particuliers, il est difficile de rester statique. D’un côté, des entreprises risquent des retombées économiques dramatiques, de l’autre, des jeunes veulent continuer à vivre et ne pas rester enfermés.

*Prénom modifié

0 comments on “Le confinement n’est pas respecté en France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :