Culture & Société National

L’édition numérique : une alternative à la vente des livres

Face à la chute du marché du livre à cause du coronavirus, les maisons d’édition optent pour de nouvelles stratégies. En proposant de vendre sur les plateformes en ligne comme Amazon ou Fnac, les éditions limitent la baisse du nombre de ventes.

Les ventes sont au plus bas depuis le début du confinement. D’après les données de l’institut GKF pour Livres Hebdo, on note une baisse de 60% du marché du livre par rapport à l’an dernier. Librairies fermées, report des salons de lecture et rupture de stocks, les maisons d’édition sont dans une situation difficile. À l’exception des livres parascolaires et quelques exceptions, tous les autres secteurs ont pratiquement chuté. Alavilia Jalal, responsable aux Éditions Lettres Persanes affirme que « tout est à l’arrêt, il n’y a pas de commandes, même les ventes dans les grandes éditions ». Même pour les commerces en ligne, les commandes n’aboutissent pas. La maison cède habituellement « entre 30% et 50% des bénéfices » aux grandes plateformes comme Amazon et Fnac. Cependant la part du marché du géant américain baisse en raison de son activité partiellement suspendue.

Quelle solution pour rétablir le marché du livre ? D’après une déclaration du ministre de la Culture, Franck Riester, il faut « rouvrir le plus rapidement possible les librairies » le 11 mai. « La première stratégie consiste à mettre plus en avant le livre numérique »  selon Guillaume Vissac, éditeur chez publie.net : « on a vu apparaître des promos pour la plupart des grands groupes qui, jusque-là, pratiquaient un prix de vente trop élevé pour le marché » . Dans son cas, la maison n’a jamais autant vendu de livres numériques en France que depuis le confinement. Pour des éditeurs qui sont déjà beaucoup investis dans ce domaine, les ventes en numérique, qui ont toujours été élevées, « ont augmenté malgré tout » .

La redécouverte du e-book

Privés de leurs librairies, les Français consomment davantage des versions numériques et dématérialisées. La plateforme « Rakuten Kobo » signale une augmentation de 200% des volumes moyens de lecture sur les trois pays européens les plus touchés par la crise (France, Italie, Espagne). Plus d’un million d’e-books ont été vendus en seulement 24 heures, d’après le président des éditions Gallimard.

Les ventes de livres audio ont aussi augmenté. Les téléchargements sont passés de 30% à 50% en deux semaines selon la PDG d’Audiolib, Valérie-Soussan. Des constats encourageants pour des ventes qui constituent, 2% du marché du livre. Parmi ceux qui prennent le temps de se cultiver à la maison, les livres à connotation épidémique font des cartons. On retrouve le fameux « Le Nouveau rapport de la CIA » de Alexandre Adler ou « Épidémies, vrais dangers et fausses alertes » de l’infectiologue Didier Raoult sur le covid-19.

0 comments on “L’édition numérique : une alternative à la vente des livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :