National Politique

Quel gouvernement pour demain ?

De plus en plus de proches du président en sont persuadés, le lendemain de la crise sanitaire sera l’heure d’une refonte profonde de l’exécutif. Quels visages pour la Macronie de demain ?

L’aile gauche et l’aile droite de LREM remuent toutes leurs troupes pour tenter d’influencer le président de la République dans sa réflexion. Une réflexion claire, mais les incarnations restent encore floues pour le moment. « Le constat, c’est qu’il a donné quelques pistes : rien ne sera comme avant, il va falloir se réinventer, on va changer l’agenda politique », résume un proche d’Emmanuel Macron.

Virage à gauche ?

Après une crise sociale difficile pour Emmanuel Macron avec les Gilets jaunes, le président de la République doit faire face aux mauvais côtés de la mondialisation pendant la crise sanitaire. Donald Trump volant des masques chinois à la France, les prix des fruits et des légumes qui flambent, la façon dont la mondialisation a évolué est très critiquée. L’objectif est un tournant écologique et social.

Avant de tout changer, Emmanuel Macron doit montrer qu’il a lui-même changé. Pendant la crise, le chef de l’État n’a pas hésité à employer des termes marquants comme le fameux « quoiqu’il en coûte ». Une expression utilisée dans un contexte qui va à l’encontre de la doctrine libérale soutenue par le président. Désormais, c’est le temps de l’État. Et cet étatisme doit aider les plus démunis, les plus vulnérables en temps de crise. Tout l’inverse d’un président des riches.

Le président de la République pourrait donc fixer le cap sur un plan de relance, un « Green Deal » européen voire même, miser sur la flexibilité des entreprises.

Quel calendrier ?

« Il est en train de réfléchir. Il y a moyen de renverser un certain nombre de choses, faire jouer les corps intermédiaires, les syndicats, les associations, faire jouer la première et la deuxième ligne pour faire reconnaître un certain nombre » de citoyens, affirme un cadre de la majorité.

Des dates circulent pour mettre en oeuvre ce nouveau cap. Certains pensent au 14 juillet, d’autres à l’occasion d’un grand discours en juillet ou durant le campus d’été de LREM organisé en septembre prochain. Un campus qui pourrait avoir lieu à Nantes. Et ce n’est pas anodin.

Les personnalités rayées de la liste

Si la course aux ministères connaît de nombreux prétendants, certains ont peu de chances. Édouard Philippe en fait partie. À Matignon depuis 2017, les rapports avec Emmanuel Macron sont bons mais le Premier ministre a fait son temps. Il n’incarne plus cette nouvelle politique que souhaite amener le chef de l’État.

Manuel Valls, Premier ministre sous François Hollande, ne semble pas être dans la liste des mieux placés pour cette nouvelle incarnation. Emmanuel Macron avait été son ministre de l’Économie pendant 2 ans et les rapports entre les deux hommes étaient délicats. Malgré les nombreux tweets de soutien de Manuel Valls pour le chef de l’État, cela ne suffit pas.

Ségolène Royal ne sera probablement pas de la partie. Remerciée pour le poste d’ambassadrice des pôles qu’elle a plus ou moins occupée, elle est devenue une fervente militante anti-Macron. Trop clivante et pas assez rassembleuse, Ségolène Royal ne parle pas à l’aile droite LREM.

Les pistes envisagées par l’Élysée

Emmanuel Macron veut mettre les maires au coeur des décisions. Nathalie Appéré à Rennes, une maire de gauche, ancienne socialiste, désormais Macron-compatible et Johanna Rolland, maire de Nantes, du même profil, pourraient être les visages du gouvernement de demain.

Certains au sein de l’exécutif actuel pourraient être maintenus. C’est le cas de Gérald Darmanin, actuellement ministre du budget qui pourrait passer à l’intérieur. Un visage jeune, issue de la droite modérée et sarkozyste.

Si l’écologie doit être au coeur de cette nouvelle politique, Yannick Jadot serait légitime à intégrer un grand ministère de l’Écologie. Figure d’Europe Écologie Les Verts (EELV), il a incarné la renaissance de son parti à travers les résultats des élections européennes l’année dernière et du 1er tour des élections municipales.

Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, est une figure crédible et sérieuse pour Matignon. Très populaire à droite, ministre de la Santé pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy et pas clivant pour l’aile gauche de LREM. Il regroupe de nombreux atouts pour devenir le nouveau 1er ministre.

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, est une autre personnalité forte de l’exécutif actuel. Issu du PS, déjà ministre sous François Hollande, Jean-Yves Le Drian a, de suite, soutenu Emmanuel Macron en 2017. Le ministre a pu rester dans le gouvernement sous Édouard Philippe avec une appellation de son ministère transformée. Image d’un homme d’expérience, qui connaît très bien les relations internationales, il pourrait avoir sa place à Matignon pour succéder à Édouard Philippe.

Bernard Cazeneuve, une autre personnalité populaire de la gauche, pourrait avoir sa place à Matignon. Ministre de l’Intérieur sous Manuel Valls, puis Premier ministre à la fin du quinquennat de François Hollande, le président de la République a échangé régulièrement avec lui durant ces dernières semaines.

L’objectif de l’Élysée est de bien entourer le président de la République afin qu’il soit sous son meilleur jour pour la prochaine présidentielle. Le « et en même temps » est plus que jamais au coeur du pouvoir.

0 comments on “Quel gouvernement pour demain ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :