International Politique

Dix ans après, la Grèce replonge-t-elle dans une crise économique majeure ?

Dix ans après avoir sombré dans une des pires crises économiques de son histoire, la Grèce s’apprête à replonger dans le calvaire d’une récession profonde après le confinement.

C’est un triste anniversaire. Il y a dix ans, jour pour jour, Athènes, étranglée par la dette, signait en pleine crise financière un pacte avec l’Union européenne pour sortir de sa crise économique. Malheureusement, après avoir relevé les bras, la Grèce « ne va pas faire exception à la récession très profonde prévue mondialement », a averti, mardi, le premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis. La crise sanitaire du coronavirus va replonger la Grèce dans une récession dont le pays se serait bien passé. Pour le comprendre, des chiffres sont à l’appui. Alors que le pays était sur une croissance de 2,4% pour 2020, le confinement général imposé depuis six semaines pour endiguer la pandémie devrait entraîner un recul du produit intérieur brut (PIB) de 10% en 2020, avant une reprise de 5,5% en 2021, d’après le fonds monétaire international.  Le FMI, créancier de la Grèce avec l’Union européenne et la Banque centrale européenne, estime aussi que l’industrie du tourisme, moteur de l’économie grecque avec 12% du PIB, va encaisser des pertes considérables. L’État grec seul pourrait perdre entre 8 et 10 milliards d’euros de revenus cette année, selon le Premier ministre. 

2010, un lointain cauchemar ou bis repetita ?

Le 3 mai 2010, la Grèce, prise au piège dans une crise financière inédite et étranglée par une dette publique devenue insoutenable, était acculée à la signature d’un premier accord avec ses créanciers. Si le pays reste aujourd’hui très endetté, cet accord signait le début de la guérison. Mais cette crise économique est entrée depuis, dans la mémoire collective de la population grecque. Cette dernière vit toujours avec la crainte que le navire recoule. Mais Panayotis Petrakis, professeur d’économie à l’Université d’Athènes a rassuré tout le monde en expliquant que « la crise actuelle n’inquiète pas autant que celle de 2010, qui avait des caractéristiques différentes ». Le pays avait alors perdu un quart de son PIB et le chômage avait explosé à plus de 27%, avant de s’établir aujourd’hui à 16%, toujours le plus élevé de la zone euro. « La nouvelle récession va affecter le chômage mais pas le coût des obligations grecques » poursuit-il. Une situation qui fait notamment paniquer les autres pays européens.

Si la nouvelle crise économique qui menace aujourd’hui la Grèce n’est visiblement pas aussi virulente que la précédente, elle reste cependant dangereuse. Les Grecs ont appris à vivre avec les termes « coût d’emprunt », « excédent budgétaire » ou « dette publique » qui suivent le va-et-vient dans les ministères des représentants de la « troïka ». Une étude de l’Eurobank prévoit de nouvelles pressions sur les banques. De nombreux employés du secteur privé ont été mis au chômage partiel et craignent désormais leur licenciement. « Ne mettez pas les droits de travailleurs en quarantaine », proclamait mardi une banderole lors d’une manifestation de livreurs à Athènes.  

Avec moins de 150 victimes du coronavirus, le déconfinement débute lundi en Grèce avec la réouverture des petits commerces. Les restaurants et les cafés ne rouvriront que le 1er juin prochain. Si le pays semble éviter une crise de la même ampleur que celle de 2008, il est cependant confronté à des dommages économiques qui sont pour l’instant irréparables.

0 comments on “Dix ans après, la Grèce replonge-t-elle dans une crise économique majeure ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :