Culture & Société

Star Wars : The Mandalorian, un space western épique

Une série ambitieuse, un déroulé fidèle à l’univers Star-Wars des années 80, c’est ce que propose la série Disney + : The Mandalorian. Nostalgique ou simple novice ? Découvrez la première série live adaptée de la Guerre des Étoiles.

Les aventures de Jango et Boba Fett racontaient les péripéties des deux chasseurs de primes les plus célèbres de la galaxie. Ils laissent aujourd’hui place au nouveau héros, un Mandalorien surnommé Mando. C’est un tueur à gages, plutôt solitaire et personnage culte. L’intrigue nous envoie après la chute de l’Empire et avant la naissance du Premier Ordre (5 ans après Le Retour du Jedi et 25 ans avant Le Réveil de la Force). La série suit le mercenaire, qui appartient à une confrérie (la Guilde) dans les confins de la galaxie loin de l’autorité de La Nouvelle République. Pas de nom ni de visage pour le héros précédé par sa réputation.

Dans ce monde, le métier de chasseurs de primes ne paye plus. Le Mandalorien accepte un contrat non officiel avec une prime conséquente à la clé. Son objectif : retrouver et ramener un être de 50 ans. Malgré cet âge, Mando découvre que l’être en question n’est autre qu’un enfant, de la même espèce que Yoda, pouvant vivre plusieurs siècles. Disney+ nous propose huit épisodes, au travers desquels la figure héroïque du personnage questionne le sens de la justice accordée par ses actes. L’équilibre et la paix, recherchés par Mando, brisent la linéarité manichéenne tant présente dans l’univers Star Wars.

The Mandalorian

Jon Favreau – qui réalise et scénarise l’oeuvre aux côtés de Dave Filoni, Kathleen Kennedy et Colin Wilson – a souhaité induire une ambiguïté à la moralité de la série en dépassant la frontière entre le bien et le mal. La personne se retrouve alors centrée dans cette séparation. Si le mercenaire cherche par ses missions, un intérêt purement lucratif, une quête initiatique semble se dégager au fur et à mesure des épisodes. L’empathie pour un personnage aussi énigmatique que familier, laisse perplexe le spectateur. Une part de mystère accordée aux codes du héros qui semble avoir son importance mais qui questionne également sur la direction que va prendre la série. Bien qu’elle soit une réussite sur de nombreux points, notamment esthétique, il est espéré que la saison 2 réponde à de nombreuses interrogations laissées en suspens. Même si le destin de l’enfant « Yoda » semble dessiné, on s’attend à une fin touchante et tout aussi jubilatoire que les épisodes de la première saison.

Du Star Wars sans être du Star Wars et loin des codes du cinéma actuel, The Mandolorian se concentre sur l’intrigue et sur les personnages dans un décor à couper le souffle produit grâce à la nouvelle technologie du « StageCraft ».

Une production ambitieuse au même niveau que son casting qui rassemble Pedro Pascal dans le rôle-titre, Gina Carano, Carl Weathers, Ming-Na Wen et Taika Waititi. La série est disponible depuis le 31 mars 2020, date du lancement de la plateforme en France. Difficile d’échapper à l’intrigue et aux personnages, partout sur les réseaux, alors pourquoi pas se lancer ?

0 comments on “Star Wars : The Mandalorian, un space western épique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :