Culture & Société National

Coronavirus : « Il faut redonner l’envie d’aller au cinéma »

Les cinémas français sont maintenant fermés depuis plus de deux mois. Mais le gouvernement n’a toujours pas proposé de plan pour leur réouverture ou pour les aider.

Depuis le 14 mars dernier, les salles de cinéma ont fermé leurs portes. Malgré cette fermeture forcée, certains ont voulu rester en contact avec leurs fidèles spectateurs. Le cinéma d’art et essai, Le Méliès à Saint-Étienne, a lancé des activités dès le début du confinement total : Le Méliès Battle, un challenge sur Facebook où tout le monde peut poster un extrait de film en rapport avec le thème de la semaine et l’Épicerie film, des posts Facebook quotidiens qui conseillent un film à voir. Avec la prolongation de la fermeture, ces cinémas restent actifs sur les réseaux sociaux, notamment avec l’émission de radio, Radio Silencio, qui propose des bandes-son mélangées à des répliques de films. Enfin, pour garder le contact avec leurs spectateurs moins présents sur les réseaux sociaux, une permanence est proposée chaque samedi. Les équipes y distribuent la Gazette de l’Entracte (écrite par le cinéma Méliès). Il est également possible d’assister à une séance dans la plus petite salle de cinéma (c’est-à-dire la salle du café du Méliès), tout seul ou entre membres d’une même famille. Enfin, le cinéma promeut des artistes stéphanois dans des expositions temporaires.

Malgré toutes ces initiatives, la salle de cinéma manque à beaucoup, spectateurs et gérants : « j’espère que l’on pourra ouvrir d’ici juillet, confie Paul-Marie Claret, gérant du cinéma Le Méliès, je ne pense pas qu’un cinéma soit bien plus dangereux qu’un supermarché ». Les cinémas indépendants ont souffert de cette crise bien plus que les grandes distributions. Ces salles ne vivent que des entrées et ne vendent pas de pop-corn ou glaces à l’entrée. Et les dépenses sont plus importantes dans le budget : « On a des frais fixes à 18 000€ par mois, sans compter les salaires ». Ces cinémas ont également peur d’un changement de consommation. Les Français ont regardé beaucoup de films à la maison. Les cinémas ont peur qu’ils se soient lassés des salles obscures. Cette inquiétude peut être démentie par un sondage d’Allociné qui annonce que 92% des personnes interrogées auraient envie de reprendre le chemin des cinémas. Pour Paul-Marie, « l’expérience du cinéma ne se fait pas chez soi, avec des bruits de frigo, de chats ou d’enfants. C’est faire confiance au programmateur ». Aller au cinéma, c’est aussi promouvoir des films différents, qui n’auraient peut-être pas trouvé leur public sur Netflix.

Une programmation difficile

La programmation va d’ailleurs être « périlleuse » pour Paul-Marie. Certains des films programmés sont déjà sortis en VOD, comme Vivarium de Lorcan Finnegan. Ceux qui devaient sortir pendant le confinement sont souvent repoussés à l’automne car « il est très compliqué de faire exister un film sans communication en amont ». Paul-Marie va faire sa sélection sur les films qui lui seront proposés mais il n’a pas beaucoup de choix. Si les films La Bonne Épouse de Martin Provost ou Tenet de Christopher Nolan sont toujours prêts pour les salles à la réouverture, ils seront les têtes d’affiche du cinéma Le Méliès. Une programmation tout de même difficile car les équipes n’auront pas vu les films à l’avance, comme ils en ont l’habitude, pour ne proposer que le meilleur à leurs spectateurs. Probablement que des sociétés de production comme UFO vont diffuser « quelques films fragiles, prévoit Paul-Marie, mais il va être difficile de les défendre avec les mesures d’hygiène imposées ». Il envisage également des projections de films classiques qui passent peu à la télévision, comme Retour vers le Futur.

Une réouverture contrôlée

Il sera encore plus difficile de programmer les films avec les restrictions sanitaires qui vont entrer en vigueur à la réouverture. Pour cela, Paul-Marie va s’en remettre aux consignes transmises par la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF). Mais ces mesures vont fortement impacter la capacité d’accueil des salles : « on tournera à 30% de notre capacité habituelle, avec seulement deux personnes par ascenseur et des masques obligatoires dans le hall ».

Les cinémas espèrent une réouverture rapide même s’ils « tourneront toujours à perte » avec le manque de films à distribuer et les restrictions dues aux mesures de sécurité. Mais les cinémas rouvriront car le plus important est de « redonner une envie et un désir de cinéma ».

0 comments on “Coronavirus : « Il faut redonner l’envie d’aller au cinéma »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :