Culture & Société International

Gangs et rappeurs, associations de malfaiteurs

Depuis les années 90, les rappeurs américains sont de plus en plus affiliés à des associations criminelles. Deux d’entre elles, les Crips et les Bloods étaient, et sont encore, celles qui sont les plus représentées dans la sphère hip-hop et rap. De Snoop Dog à 6ix9ine, leur présence traverse les époques et les styles développant ainsi leurs notoriétés.

Originaires de Los Angeles, les deux gangs les plus célèbres du monde se livrent une guerre sans merci, causant des milliers de morts chaque année pour le contrôle des territoires qui génèrent des sommes astronomiques. Présents aux 4 coins du territoire américain, ils arborent fièrement les couleurs rouges et bleues qui sont les emblèmes de leurs gangs imposants leurs membres dans la culture rap.

Leur apparition remonte aux années 20 au sein de la communauté afro-américaine, des groupes se formèrent dans un objectif d’entraide, mais aussi pour un moyen de défense contre les bandes adverses et pouvoir développer une image de « rebelle » face aux populations. 

Dans les années 60, Los Angeles est l’une des villes les plus inégalitaires où la ségrégation raciale et la répression policière font rage. Pour contrer cette démarche, le gang des « Crips » est créé avec comme signification : « Community Resources for Independent People », en lien avec les valeurs sociales du groupe. 

Divisés en 3 pour mieux s’étendre (200 membres environ), ils déclenchent des vagues de violences inouïes contre d’autres bandes de L.A afin de prendre des territoires et de s’étendre. Ils s’en prennent aussi à des membres de leur propre communauté qui contestent leur domination. C’est ainsi qu’une riposte va naître sous le nom des Bloodsréunissant des bandes autonomes. 

Étant moins nombreux, ils compensèrent leur nombre par une violence jamais vue faisant couler beaucoup de sang.

Alors que le trafic de drogue est devenu leur principale rémunération, les Crips et les Bloods n’ont pas de chef suprême. Plusieurs filiales existent, nommées « sets », il y en aurait plus de 250 à Los Angeles et partout aux quatre coins du pays permettant ainsi un développement rapide.

Le Gangsta rap entre en jeu

Leur implication dans le rap débute dans les années 90. Si leurs noms sont aussi populaires dans le milieu des gangs, c’est surtout grâce aux rappeurs faisant partie de leurs rangs. Portant fièrement les couleurs de leurs gangs et mettant en avant ce qui caractérise leurs groupes (signe de main, rituels…) dans leurs clips et même sur scène, on peut retenir : Snoop Dogg, Nate Dogg, Eazy-E Young Jeezy, Schoolboy Q, Warren G,  Nipsey Hussle… côté Crips.

On peut y voir la présence importante de la couleur bleue des Crips

Côté Bloods, on peut trouver : The Game, Gucci Mane, YG, Birdman, 6ix9ine

Ici la couleur des Bloods

Leurs implications dans le rap ne sont pas à exclure. Grâce à leurs artistes, ils font partie du gangsta rap. Le « C Walk », par exemple, est un élément qui a intégré plusieurs fois le rap et repris de nombreuses fois par des artistes comme Snoop Dog. Ce sont de petits pas en V, accompagnés de rebonds, que les Crips réalisaient à chaque fait d’armes réussis.

La musique pour rassembler

Leurs rivalités s’estompent petit à petit grâce au pouvoir de la musique avec des hommages autour de rappeurs assassinés par la guerre des gangs, comme celui de Nippsey Hussle, mort le 31 mars 2019. Des membres de gangs ennemis de la Cité des Anges se sont réunis en son hommage, pour une « marche de l’unité ». C’est un symbole fort, Nipsey appartenait au groupe des « Crips ». Ce rassemblement a vu défiler de nombreux membres de tous les gangs de la ville, d’Inglewood à Compton, qu’ils soient Crips ou Bloods.

Dans les moments de commémorations, dans certains cas, on peut y voir parfois des collaborations entre membres de gangs rivaux.

Comme ici avec Blueface (membre des Crips) et YG ( membre des Bloods)

Et aujourd’hui ?

Certes, beaucoup de ces artistes sont loin de leur passé de membres de gangs, de nouvelles têtes sont présentes dans le rap comme Blueface ou 6ix9ine. Ce dernier faisait partie des Nine Trey Bloods, une des nombreuses filiales des Bloods, un gang ultra-violent de New-York. Il y serait rentré en 2017 lorsqu’il travaillait sur sa musique « Gummo ». Il prit ses distances avec le groupe en 2018. Quant à Blueface, il s’affilia avec les Crips dans son adolescence.

Popularisés dans les années 90 par des piliers du rap, les gangs sont toujours présents sur le continent nord américain grâce à la jeune génération. Ils continuent à afficher fièrement leurs couleurs, les rappeurs n’hésitent pas à en montrer leur appartenance, quitte à en recevoir les conséquences.

0 comments on “Gangs et rappeurs, associations de malfaiteurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :