Éducation Culture & Société National Politique

Assemblée nationale : les femmes de LREM en quête de liberté ?

Un neuvième groupe parlementaire a été proclamé mardi 19 mai à l’Assemblée nationale. Le nouveau groupe solidaire et écologique réunit plus 60 % de femmes. L’occasion de revenir sur la parité nationale.

Qui sont ces « dissident(e)s » ?

Un nouveau groupe politique vient de faire perdre la majorité LREM au palais Bourbon. Nommé « Écologie Démocratie et Solidarité », il est constitué de deux coprésidents et 15 autres députés issus de La République en marche. Déçus du macronisme politique qui « s’éloigne des promesses faites en 2017 », les rescapés du parti d’Emmanuel Macron se rassemblent pour servir un nouveau départ porté sur l’écologie et les valeurs du socialisme collectif.

La dissidence rompt avec les traditions du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale. Elle réunit des anciens « marcheurs » de la République ainsi que des députés ayant choisi de se rallier au mouvement de bonne grâce. Le but étant de créer «un groupe indépendant, ne se situant ni dans la majorité ni dans l’opposition», si l’on croit les propos divulgués dans Libération. Une autre caractéristique s’en détache, ce groupe d’écologistes est majoritairement composé de femmes (66%).

Dénonciation du machisme ou préférence politique ?

Signe d’un parti qui perd sa crédibilité aux yeux du peuple, volonté de s’émanciper davantage auprès de ses collaborateurs ou nouvelle stratégie pour l’avenir, qu’est-ce qui peut conduire ces gens dames à changer de cap en un coup d’éclat ? La disparité hommes-femmes serait-elle persistante au point de faire vaciller les fidèles du parti d’Emmanuel Macron vers une redéfinition des valeurs parlementaires ?

La secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa ne saurait valider cette hypothèse. Loin d’avoir exprimé son avis sur la question, son conseiller spécialisé, Mathieu Pontécaille a tout de même donné des indices. « Difficile si ce n’est impossible pour un membre de gouvernement de s’immiscer ou commenter les affaires parlementaires notamment du fait de la séparation des pouvoirs ». En ce qui concerne l’orientation politique instinctive des personnalités féminines, on ne peut que « consulter ce chapitre de son livre : Le 2e sexe de la démocratie », rajoute-t-il.

« Les femmes ne sont pas différentes des hommes en politique. L’égalité entre les hommes et les femmes est le grand projet du quinquennat du président de la République ». Voilà ce qu’affirme la secrétaire dans son oeuvre. Toutefois une majorité de femmes députés dans un groupe aussi réduit ne saura être apte à des interprétations trop rapides. Pour Thibault Mongis, collaborateur parlementaire, « ce n’est pas pertinent de mettre en avant ce chiffre quand on est 17 ». D’autant plus que la parité aura été considérable sous le mandat de M. Macron avec 40% de femmes élues à l’Assemblée nationale.

0 comments on “Assemblée nationale : les femmes de LREM en quête de liberté ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :