Élections Municicaqs 2020 National Politique

(Municicaqs #3) – Nîmes, le maire sortant favori et une alliance inédite

Après Saint Denis et Dijon, CAQS continue son tour de France à l’occasion du second tour des élections municipales. Nîmes, 3ème plus grande ville d’Occitanie après Toulouse et Montpellier, est le théâtre d’alliances inattendues et de projets qui n’ont pas les mêmes priorités. Tour d’horizon dans la ville romaine.

Le 1er tour faussé par l’abstention 

Comme dans beaucoup de villes, le Covid19 a eu un impact fort sur l’abstention dans les urnes. À Nîmes, plus de 67% des administrés ne sont pas allés voter. Mais à l’issue d’un dimanche inédit, le maire sortant Jean-Paul Fournier (LR) est arrivé en tête avec 34,3% des voix. 

En seconde position vient le président de la métropole Yvan Lachaud, soutenu par LREM, le MoDem et l’UDI, avec 15,7% des voix. L’écologiste Daniel Richard soutenu par EELV, le PS, LFI et le PRG suit avec 12,2% du scrutin. Le candidat communiste soutenu par certaines personnalités locales de gauche Vincent Bouget se qualifie pour le second tour avec 15,7% des voix. Un 5ème candidat accède au 2nd tour, le candidat RN Yoann Gillet avec 14,3%.

Une alliance inédite

Seul favori de cette élection le soir du 1er tour, Jean-Paul Fournier peut désormais redouter d’une concurrence plus poussée. L’alliance entre Yvan Lachaud (15,7%) et Daniel Richard (12,2%) a été actée au moment de déposer les listes pour le 2nd tour. Une surprise alors que le président de la métropole Yvan Lachaud a longtemps travaillé main dans la main avec le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier. Nîmes va devoir faire face à une quadrangulaire. Les résultats du 1er tour restent cependant faussés par l’abstention : plus de 2 électeurs sur 3 n’ont pas voté le 15 mars. 

Cette alliance entre le candidat écologiste et le président de la métropole nîmoise , soutenu notamment par le parti d’Emmanuel Macron a provoqué de nombreux désaccords. La numéro 2 et ancienne cheffe de file EELV est en désaccord avec le candidat Daniel Richard : « Nous avions signé un accord qui stipulait qu’il n’y avait aucune alliance possible au second tour avec une liste du RN, de la droite ou d’En Marche ».

Face à cette nouvelle liste LREM/EELV, 3 autres candidats sont aussi présents au 2nd tour. Tous n’ont pas les mêmes priorités différentes.

Jean-Paul Fournier, cap sur le centre ville

Le maire sortant axe son programme sur le centre ville. Il souhaite le réaménagement de la Salamandre, de la place Jean-Robert et de la place du château. Il veut piétonnier la rue Guizot et étendre l’OPAH Richelieu (la rénovation de l’habitat avec une aide financière accordée aux propriétaires). 

Pour les commerces du centre ville, Jean-Paul Fournier propose de faciliter la reprise du centre commercial de la Coupole par un entrepreneur. Si aucune reprise n’est faite, la ville rachètera la zone. Véritable coeur de ville, les halles seront vitrées au rez-de-chaussée vers l’extérieur. La restauration se fera à l’intérieur et une charte pour l’aspect esthétique des étals devra être signée par les marchands.

Pour l’éducation, le candidat LR veut ouvrir de nouvelles écoles au mas Lombard, à Pissevin, et reconstruire à Leo-Roussin au Clos d’Orville. Le maire sortant veut aussi un nouvel éco-quartier sur Hoche côté Sernam. Ce serait le deuxième éco-quartier de la ville. Afin de rendre plus sûre la ville, Jean-Paul Fournier veut équiper Nîmes de 600 caméras de vidéo-surveillance. Il veut créer deux nouveaux postes de police à Pissevin et créer un conseil municipal des séniors.

Yvan Lachaud, éducation et écologie

Le candidat LREM, allié désormais avec EELV, donne une place importante à l’éducation. Il souhaite que Nîmes soit la ville de 30.000 étudiants en 2030 (contre 15.000 en 2020). Il veut investir dans les écoles chaque année, surtout les plus défavorisées, à hauteur de 2 à 5 millions d’euros. Pour loger les étudiants, Nîmes se verrait dotée d’un campus universitaire de 40.000m2 autour du site Hoche-Sernam. 

Le candidat laissait une grande place à l’écologie dans son programme, mais elle est encore plus importante maintenant avec Daniel Richard. Plantation de 10.000 arbres, forêt « générationnelle » près de l’aérodrome Nîmes-Courbessac, ombrières installées dans le centre ville. À ces propositions s’ajoute un parc urbanisme de 14 hectares englobant les anciennes pépinières Pichon et le bois de Noyers. 

Enfin, Yvan Lachaud est partisan de ceux qui souhaitent préserver le parc Meynier de Salinelles en centre ville.

Yoann Gillet, sécurité et traditions 

La candidat RN, déjà 2ème aux précédentes élections municipales à Nîmes de 2014, veut sécuriser la ville. Il souhaite doubler les effectifs de la police municipale (passer de 150 à 300). Il veut installer 200 caméras supplémentaires dès la première année et augmenter le nombre d’agents au centre de surveillance.

Pour les quartiers sensibles, il souhaite ouvrir des postes de police et créer une brigade de sécurité dans les transports en commun. 

Pour le centre ville, Yoann Gillet propose d’acheter ou de louer les actuels locaux vacants pour les sous-louer à un tarif préférentiel (-30%) aux nouveaux commerçants les deux premières années. Il est partisan du gel de la création de nouvelles surfaces commerciales dans le Plan local d’urbanisme.

Concernant les événements pour la ville, le candidat veut multiplier les fêtes populaires gratuites avec notamment le retour d’encierros et abrivados afin de retrouver l’esprit de village. La proposition qui aura fait le plus de bruit restera celle d’installer une « crèche provençale » à l’Hotel de ville. 

Vincent Bouget, transports gratuits et tri sélectif

Le seul candidat à Nîmes se présentant comme le représentant de l’Union de la gauche locale fait des propositions clés. Il souhaite créer une assemblée citoyenne indépendante qui veillera à la réalisation du programme et de la mise en place de commissions extra-municipales. 

Pour les transports en commun, l’objectif de Vincent Bouget est de les rendre gratuits pour tous et de baisser immédiatement l’abonnement scolaire annuel (de 160€ à 70€). En plus de doter Nîmes d’une brigade de la propreté, le candidat de gauche est partisan de l’étendue du tri sélectif à tous les quartiers, notamment dans ceux où ces actions de recyclage sont les moins présentes : à Pissevin et Vadegour.  Le second tour élections municipales auront lieu le dimanche 28 juin prochain. 

Crédit photo : site de Weekendesk

5 comments on “(Municicaqs #3) – Nîmes, le maire sortant favori et une alliance inédite

  1. Ping : (Municicaqs #13) – Toulouse, match serré dans la capitale du rugby

  2. Ping : (Municicaqs #8) – Bordeaux, pas de quadrangulaire au second tour

  3. Ping : ( Municicaqs #7) – Lille, la fin du règne Aubry ?

  4. Ping : (Municicaqs #6) – Rennes, du changement dans la continuité ?

  5. Ping : (MuniciCAQS #4) Élections municipales au Havre : Edouard Philippe en danger face à l’ascension de la gauche ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :