Élections Municicaqs 2020 National Politique

(Municicaqs #4) – Le Havre, Édouard Philippe en danger ?

Après Saint-Denis, Dijon et Nîmes, CAQS continue le tour des grandes villes françaises pour vous faire vivre les municipales ! Aujourd’hui, direction le premier port français de transport de conteneurs : Le Havre. Deux candidats s’affrontent au second tour : Edouard Philippe (LREM) et Jean-Paul Lecoq (gauche).

Obtenant 35, 88 % des voix au premier tour des élections municipales, le candidat de gauche Jean-Paul Lecoq confirme qu’il est bel et bien dans la course ! Face aux 43, 60% du premier ministre, pour certain la bataille est déjà jouée. Or, avec seulement 39,58 % de participation et donc une abstention record dû à l’épidémie du covid 19, le second tour pourrait bien rebattre les cartes …

Revenons ensemble sur les mesures phares de l’élection

Une troisième ligne de tramway ou les transports en commun gratuits ?

Jean-Paul Lecoq défend la gratuité des transports en communs : « ça change vraiment la vie dans une ville » explique t-il au débat avant le premier tour des élections. Il plaide une « gratuité dès le début [ du mandat ], le week-end, et aussi pour les classes, parce qu’on considère que les gamins dans les écoles ne doivent pas avoir la gratuité de transports que deux fois dans l’année, et, que vous soyez à l’école à Mont-Gaillard ou que vous soyez à l’école au centre-ville, vous devez pouvoir accéder à tous ce qu’offre la ville à travers le transport gratuit. »

La gratuité des transports en commun est une mesure séduisante. Elle faciliterait la mobilité pour les ménages les plus fragiles économiquement, donc un désenclavement de certain quartiers. Oui mais comment financer une telle mesure ?

Pour Edouard Philippe, « il y a fort à craindre que ça se traduise par des impôts ». La grande crainte de cette mesure est en effet une augmentation des impôts. Beaucoup n’y crois pas vraiment, comme par exemple Camille, étudiante havraise : « ça serait top des transports gratuits même si je pense que cela n’est pas vraiment possible mais ça pourrait être pas mal au vu des prix exorbitants qui peuvent en ressortir » .

Gaelle Caetano, deuxième sur la liste de Jean-Paul Lecoq, en interview pour nous, répond : « c’est la grande question ! Moi je ne peux pas vous dire on ne payera pas d’impôts complémentaires, je ne peux pas vous dire on ne touche pas aux impôts. Le but c’est que les impôts ne soient pas touchés concrètement, le but c’est que ce soit financé par des aides » […]  » on essaye de faire au mieux pour ne pas que les impôts soient augmentés mais on ne peut pas non plus savoir le financement de l’état ». Elle insiste sur le fait que les citoyens seront consultés, et qu’en cas de refus de payer plus d’impôts pour permettre la gratuité des transports en commun, la volonté des citoyens sera respectée. Est- ce qu’on peut penser que si les impôts augmentaient, le coût reviendrai à moins cher aux familles qui utilisent les transports en commun ? « Tout à fait. » nous répond madame Caetano.

Le premier ministre, en revanche, défend plutôt une tarification différente selon les revenus et les statuts des individus. Jeanne, étudiante havraise redoute ainsi un coup trop élevé des mesures de gratuité et préférerait une tarification différenciée: « Même si c’est souhaitable, il est difficile d’instaurer une gratuité totale, cela coûterait très cher à l’agglomération qui essaie déjà d’amortir le coût du tramway. Malgré tout, je pense qu’il est vraiment nécessaire d’instaurer une gratuité pour ceux qui en ont besoin et ont pour l’instant droit au demi-tarif ou à l’abonnement solidaire comme les ménages avec de faibles revenus, les étudiants… D’autant plus qu’ils vivent souvent dans les quartiers où le coût de la vie est le moins cher, les banlieues, donc ils sont plus reculés par rapport au centre de la ville, logiquement ils ont plus besoin de prendre les transports en communs. »

La rédaction du Monde propose un podcast intéressant pour se faire un avis sur le sujet :

Gratuité ou performance ? « Ce qui m’intéresse c’est de développer et d’améliorer la qualité du réseau » déclare le premier ministre. Selon lui, il est plus intéressant de construire une nouvelle ligne de tramway « parce que ça marche ». Il y a en effet, une hausse de la fréquentation du tramway et donc un désenclavement des quartiers désormais relié à la ville par le tramway. Pour Gaelle Caetano cette mesure doit être discutée avec les habitants. Et justement qu’en pense Camille et Jeanne ?

Le tramway havrais

Pour les deux étudiantes, c’est une dépense qui n’est pas nécessaire : « La troisième ligne de tram est une bonne idée, mais elle va coûter très cher alors que les deux lignes déjà existantes n’ont pas encore été rentabilisées et que cet argent pourrait être investi ailleurs, dans la gratuité des transports en commun par exemple. Le tram créerait une ligne plus directe, plus rapide, mais les bus et le TER relient déjà Montivilliers, l’hôpital Monod, les quartiers Sud et le stade Océane (qui sont les endroits par lesquels passeraient la troisième ligne) au centre de la ville. » déclare Jeanne. « Je pense que l’on peut se passer d’une troisième ligne de tram, on en a déjà deux qui font quand même pas mal d’arrêts » affirme Camille.

La santé

La pandémie du covid 19 met la question de la santé au premier plan. Qu’en penses nos deux candidats ?

Pour Jean-Paul Lecoq, il faut créer un centre de santé municipal avec médecins et professionnels de santé salariés par la ville, avec des antennes décentralisées ou mobiles sur les quartiers. Pourquoi des médecins salariés ? Parce qu’il considère qu’un grand nombre de jeunes médecins diplômés pourraient accepter d’exercer plus facilement s’ils étaient salariés, notamment des femmes qu’ils veulent faire de la médecine, gagner leur vie et avoir une vie à coté. Il faut défendre l’hôpital au près des autorités, selon lui. L’idée est également de palier au manque de médecins, non pas en demandant à des médecins retraités de revenir dans leur cabinet, mais bien en laissant la place à la jeunesse, rappelle Gaelle Caetano.

Edouard Philippe, insiste sur le formation de jeunes médecins au Havre et ce, dès la première année de médecine ! Plus des étudiants en médecine seront formés au Havre, plus il en restera pour exercer dans la ville selon lui. Autre mesure importante que le premier ministre souhaite mettre en place, la maison des aidants. Un lieu où les personnes qui aident un proche pourront trouver de l’aide et des solutions pour atténuer le poids de cette prise en charge.

L’écologie

Nos deux candidats reconnaissent qu’il y a urgence en matière écologique !

Le point noir par excellence de la ville : la décharge de Dollemard. Tandis que Jean-Paul Lecoq souhaite démanteler entièrement le tas de décombres de plus d’un kilomètre de long, Edouard Philippe est plus nuancé, en affirmant que sur cette verrue écologique se sont créés des écosystèmes .. et que la démanteler d’un coup risquerait non seulement de fragiliser la falaise ( non sans risques d’écroulement ), mais également de mettre en danger des espèces ayant trouvées refuge dans celle-ci. Néanmoins, les deux candidats estiment urgent d’agir sur ce point, pour éviter que les déchets soient, comme c’est le cas aujourd’hui, rejetés dans la mer. Pour ce qui est des mobilités douces et de la végétalisation, tous les deux proposent des mesures.

La décharge de Dollemard

Jean-Paul Lecoq et la proximité avec les citoyens :

La gauche entend bien rester à l’écoute des havrais et havraises. Toutes les mesures seront discutés, dans des conseils de quartiers, et via des référendums. Avec 60% de citoyens havrais sur sa liste, c’est une gauche qui prône la proximité avec l’habitant. Et ce n’est pas sans déplaire, car selon les deux étudiantes interrogées, la démocratie participative est encore bien faible au Havre : « Pour l’instant les conseils de quartier se réunissent une fois par an et partagent leurs demandes et remarques aux élus, mais ils n’ont pas de poids démocratique réel. La plupart des havrais ne savent sans doute pas qu’ils existent. Le fait d’instaurer des conseils plus actifs, plus représentatifs, et qui pourraient vraiment être impliqués démocratiquement dans les prises de décisions, permettrait sans doute que celles-ci soient plus en accord avec les attentes des havrais.» nous confie Jeanne.

Une large place semble être réservée à la parole des havrais dans le programme de monsieur Lecoq. Pourtant, une partie de la population ne risque-t-elle pas de ne pas participer à ces débats citoyens, aux prises de décision ? Gaelle Caetano nous répond que l’idée sera d’aller voir les gens, d’aller parler avec eux. Non pas les forcer à participer, mais leur faire connaitre la possibilité de participer à la mise en place de projets au Havre. Un Havre citoyen donc ! Des idées qui semblent d’autant plus séduisantes que la crise du coronavirus à mis en exergue le besoin de solidarité et d’écoute de la population.

Jean-Paul Lecoq à l’assemblée nationale en 2019 rappelle l’importance de la démocratie locale.

Edouard Philippe : un Havre plus attractif et plus dynamique !

Le Havre, une ville attractive ? « Le nombre d’étudiants est en hausse, mais il me semble qu’il s’agit surtout de havrais, ou de normands pour qui l’université du Havre est la fac la plus proche. Excepté l’ISEL et science po Asie, il n’y a pas de filière d’étude particulièrement attractive ou originale. On vient rarement de loin pour étudier au Havre. L’ambiance et le dynamisme étudiants de la ville ne sont donc pas très développés, il faut reconnaître que la ville n’a pas très bonne réputation, elle n’a pas une image attractive. » rapporte Jeanne. Pour Camille, Le Havre n’est pas une ville étudiante : « Je ne trouve pas spécialement [ que Le Havre soit une ville ] étudiante, enfin je ne pense pas directement à celle-ci quand je pense à une ville étudiante ! »

Pour palier à cela, Edouard Philippe et son équipe propose de faire passer le nombre d’étudiants de 13 000 à 15 000. Pour cela, ils souhaitent accueillir la future Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat (URMA), achever la création du campus autour de la gare et des bassins, développer les formations en apprentissage, « qui sont souvent les meilleures façons d’accéder à l’emploi. »

Le premier port de conteneurs français ! Un port qui se situe sur l’Axe Seine et qui entend bien en profiter avec la fusion des établissements portuaire. Le développement de Port 2000. La filière éolienne en pleine expansion, où le premier ministre y prévoit la création d’une centaine d’emplois.

Le port du Havre et ses conteneurs

La crise sanitaire aura fortement marquée les esprits, y faisant apparaître de nouvelles craintes. La crise économique qui s’annonce pourrait pousser à voter plutôt pour le premier ministre. En revanche, les inquiétudes démocratiques et la volonté d’une plus grande proximité avec les autorités pourrait jouer en faveur du candidat du Havre citoyen. La mairie havraise n’est pas assurée pour Edouard Philippe malgré son avance au premier tour. Il s’est passé tant de choses entre le premier et le second tour que les résultats précédents sont susceptibles d’être profondément modifiés.

Pour revoir le débat avant le premier tour des élections municipales :

Crédit photo : ROLY0968 – Flickr.com

5 comments on “(Municicaqs #4) – Le Havre, Édouard Philippe en danger ?

  1. Ping : (Municicaqs #13) – Toulouse, match serré dans la capitale du rugby

  2. Ping : (Municicaqs #9) – À Strasbourg, qui pour succéder à Roland Ries ?

  3. Ping : (Municicaqs #8) – Bordeaux, pas de quadrangulaire au second tour

  4. Ping : ( Municicaqs #7) – Lille, la fin du règne Aubry ?

  5. Ping : (Municicaqs #6) – Rennes, du changement dans la continuité ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :