National Politique

Benjamin Griveaux : « un député fantôme » ?

Après l’arrêt de la campagne municipale parisienne à cause d’une affaire de vidéos à caractère sexuel, nous nous sommes plongés dans l’activité parlementaire de Benjamin Griveaux en 2020. Enquête sur « un député fantôme » de l’Assemblée nationale.

Il est de retour. Benjamin Griveaux avait renoncé le 14 février à sa candidature à la Mairie de Paris. Depuis la mise en ligne de sa vidéo à caractère sexuel, l’ancien porte-parole du gouvernement a choisi de protéger sa famille au détriment de son mandat. Le député de Paris n’était pas réapparu en séance publique depuis son renoncement à la mairie de la capitale, où il n’était pas favori dans les sondages. 117 jours soit 3 mois et 25 jours plus précisément.

Son retour en a surpris plus d’un. Le mercredi 3 juin, lors de son come-back dans l’hémicycle, Fabien Di Fillipo, député Les Républicains a incité le rapporteur Guillaume Kasbarian à « demander à M. Griveaux s’il n’a rien à nous montrer ». Ce qui a fait rire une grande partie de l’Assemblée. De son côté, Sébastien Chenu, député non-inscrit et porte-parole du Rassemblement national, nous transmet sa surprise, « sa présence était surprenante, je ne m’attendais pas à le voir ».

« C’est un abandon de poste ! »

Quelques jours avant son retour, LREM nous informait qu’il continuait « les activités dans sa circonscription. Il représente plus de 125 000 habitants et apporte son expertise technique ». Même si un député représente la nation, nous avions donc contacté des acteurs de la 5ème circonscription de Paris, territoire que Benjamin Griveaux représente en tant que député. Pour Sylvain Raifaud, adjoint au maire du 10ème arrondissement de Paris, « il a totalement abandonné la circonscription, c’est une évidence, c’est un abandon de poste ! ». De son côté, Hugo Roëls, candidat LFI aux municipales 2020 dans le 10ème arrondissement, estime que Benjamin Griveaux n’a jamais rempli ses engagements : « la vacance ne date pas de l’affaire Griveaux. On avait eu, au moment où Monsieur Griveaux est devenu porte-parole du gouvernement, une sorte de jeu de chaise musicale. Mme Flageles, sa suppléante, était absente. Ce n’est pas l’échec d’un homme, mais l’échec d’une bande. ». Pour le candidat de la France insoumise, « la décence voudrait qu’il démissionne ! La seule option possible est la législative partielle ».

Même écho au Parlement. Agnès Thill, ex-député de La République en marche, aujourd’hui « non-inscrite » trouve que la démission « est une bonne idée, on peut se poser la question. Il y a beaucoup de députés LREM qui ne viennent pas (…) Ils ont un député fantôme ». Le député Sébastien Chenu n’est pas si tranchant, « on n’a pas à demander la démission d’un parlementaire, ce n’est pas aux députés de le faire, ce sont les électeurs qui se chargeront de régler tout ça (…) Nous, les députés non inscrits, nous n’avons pas beaucoup de moyens de pression ».

Benjamin Griveaux figure parmi les députés les moins présents dans le classement d’activité parlementaire.

Source : nosdeputes.fr – Graphique sur 1 an : 15 juin 2019 – 15 juin 2020

source : nosdeputes.fr

Afin de suivre ses dernières informations et nouvelles, nous avons fait un tour sur les réseaux sociaux. Le dernier tweet publié par le compte de l’ex-candidat date du 13 février, veille de l’éclatement de l’affaire de la vidéo. Même message sur Facebook.

Côté Instagram, la dernière photo publiée date du 12 février 2020.

Ni le député, ni les équipes n’ont publié depuis mi-février sur le travail effectué.

Dans les couloirs de l’Assemblée, quelques députés pensaient que celui de la 5ème circonscription avait mis fin à son mandat. De nombreux collaborateurs parlementaires nous font comprendre que Benjamin Griveaux était absent après son retirement, mais aussi, « bien avant sa campagne (…) pour les QAG (NDLR : Questions au gouvernement), tous les mardis, il était très peu présent ». Olivier Becht, président du groupe Agir Ensemble, rappelle qu’un député « se doit d’être présent en commission. Les séances du mercredi, en commission, sont obligatoires ».

Une fois élu, un député appartient à l’une des huit commissions permanentes de l’Assemblée nationale. Le but principal est de préparer un débat qui aura lieu en séance publique et qui aboutira au vote d’une loi. Le député Griveaux est affecté à la commission de la Défense nationale et des Forces armées. Sa présence se compte sur les doigts de la main. Depuis le début de son mandat de député, Benjamin Griveaux n’a été qu’environ 5 fois en commission. Si l’on calcule sur les 365 derniers jours, il ne s’est présenté que 4 fois.

Source : nosdeputes.fr – Graphique sur 1 an : 15 juin 2019 – 15 juin 2020

Quand un député ne peut pas se rendre à la séance de commission obligatoire du mercredi, il est soit « excusé » ou non. Si un député n’est pas excusé sur plus de deux absences, 25% de son indemnité de fonction sont retenus pour chaque absence supplémentaire, soit 362 euros.

Depuis janvier 2020, 17 réunions « obligatoires » ont eu lieu pour la commission de la Défense nationale et des Forces armées. Benjamin Griveaux est « excusé » pour sa campagne municipale les 8, 15, 29 janvier, 12 février. (2 séances n’ont pas encore de comptes-rendus). Il est cependant aussi excusé les 19 février et 4 mars, alors que sa campagne est déjà terminée. Toutes les absences aux autres réunions de la commission n’ont pas été excusées. Il a donc eu, par exemple, au mois de mai, une retenue équivalente à 362, voire 724 euros. Le compte-rendu du 20 mai n’est pas publié. Contactée par CAQS, l’Assemblée n’a pas plus d’informations sur la non-publication des comptes-rendus. Elle ajoute ne pas avoir d’informations sur la raison des excuses attribuées à Benjamin Griveaux après son renoncement à la course vers la mairie de Paris. Son indemnité n’a donc pas été amputée, malgré son absence.

Nous avons contacté Benjamin Griveaux pour avoir plus d’informations sur son travail parlementaire effectué ces derniers mois et pour confronter les différents témoignages recueillis. Il assure ne pas vouloir répondre à nos questions : « quand vous aurez grandi et que vous ne serez pas procureur mais vraiment journaliste, je répondrai à vos questions. Je n’ai pas vocation à être mis sur le grill ». Ne souhaitant pas parler des derniers mois, il ajoute « Vous pouvez regarder tout ce que j’ai fait et ce que je vais faire dans les semaines ».

Ayant contacté la commission de Défense et des Forces armées dans le but d’avoir la raison exacte des excuses des différentes absences, Benjamin Griveaux rétorque, « Françoise Dumas (NDLR : présidente de cette commission) m’a évidemment dit que vous demandiez (pourquoi j’étais absent) le 19 février après ce qui m’est arrivé le 14 ? Vous vous moquez de qui ? ».

Notre journaliste précise qu’il veut parler de l’activité parlementaire de ces derniers mois, et non de sa vie privée, le député Griveaux raccroche sans dire un mot.

Contactés par notre équipe, de nombreux députés LREM assurent ne pas l’avoir vu depuis plusieurs mois. D’autres sont gênés à l’annonce du nom du député de la 5ème circonscription de Paris. En résumé, « silence radio » sur le cas Griveaux.

Suivez-nous sur Twitter pour plus d’actualités.

Crédit photo mise en avant : Jacques Paquier

2 comments on “Benjamin Griveaux : « un député fantôme » ?

  1. azzam azzouzi

    Azzam Azzouzi si tout le monde parle de son retour, ça fera plus de bruit que ce qui a fait son départ et de là recommencera une nouvelle vie politique qui pourrait être encore plus bénéfique plus fructifiante que la première finira-t-il un jour président de l’assemblée nationale ou le sénat? , sait on jamais n’est-ce-pas? il est connu que la sphère politique est un paradis sur terre, un immense jardin où tout se cultive, il suffit de mettre la dose suffisante de fumier et de ça si vous en manquez à Paris, la province n’en manque pas

    J'aime

  2. Surprenant, n’importe quel salarié ne se rendant pas à son boulot aurait été licencié et n’aura évidemment pas perçu son salaire. Ils nous coûtent très cher, un pognon de dingue ces politiques véreux..
    Ça suffit il faut le ´démissionner’ puisque lui ne le fera pas

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :