Élections Municicaqs 2020 National Politique

(Muncicaqs #10) – Perpignan, l’extrême droite aux portes du pouvoir

Après Nîmes, Rennes, Lille et d’autres villes, nous continuons notre tour de France à Perpignan. Le candidat RN Louis Aliot est arrivé en tête du premier tour des élections municipales. Le maire sortant va tenter de le devancer une nouvelle fois après un scénario similaire en 2014.

C’est l’une des grandes villes de France qui connaît un vote important pour le Rassemblement national. Malgré une abstention de plus de 60%, Louis Aliot arrive en tête avec 35,6% des voix, loin derrière le maire sortant, Jean-Marc Pujol. 4 candidats pouvaient se qualifier pour le second tour : Agnès Langevine (EELV) avec ses 14,5% et Romain Grau (LREM), qui a récolté 13,2% des suffrages.

Front républicain contre Louis Aliot

Louis Aliot a besoin d’un report de voix de seulement 15 points pour devenir maire de Perpignan. Un scénario similaire à celui de 2014 puisque le candidat d’extrême droite avait déjà récolté 34% des voix au premier tour. Mais à l’époque, Jean-Marc Pujol avait réalisé un score de 30,7% au premier tour.

Avec 18,4% en 2020, le maire sortant a une chance de rester à la mairie grâce aux désistements des candidats EELV et LREM. Un front républicain assumé, mais incompris par Louis Aliot : « les deux candidats ont tapé sur le bilan du maire sortant pendant toute la campagne mais maintenant ils accordent leurs soutiens ».

Pour la candidate EELV Agnès Langevine, désormais soutien de Jean-Marc Pujol, elle reconnaît « avoir peur de voir les Perpignais.es orienter leur colère et leur rage vers un choix mortel. Celui du déclin de la ville, du repli identitaire et du déconfinement de la haine« .

Selon une simulation du second tour réalisée par le site madeinperpignan.com, Louis Aliot serait élu maire avec 54,05% des voix. Jean-Marc Pujol serait ainsi à 45,95%.

Pas de bilan mais des points sensibles

Pour Louis Aliot, qui peut se targuer d’une très bonne réputation dans la ville, certains oublient que le candidat et député RN a été mis en examen pour détournement de fonds publics dans l’affaire « des assistants parlementaires européens ». L’équipe du maire tente de justifier cette bonne image. « La compétence s’acquiert par les études, le travail, l’expérience. Monsieur Aliot sait qu’il pèche dans ce domaine. Il lui faut apprendre avant de vouloir. Cela suppose qu’il remplisse effectivement et complètement son rôle d’élu communal. Il n’est pas certain, à la lumière de ses absences régulières au Conseil Municipal de Perpignan et de sa méconnaissance des dossiers, qu’il en ait véritablement envie » s’interrogent-ils.

Perpignan va-t-elle devenir la vitrine du Rassemblement national ? Réponse le 28 juin prochain.

Source image : Louis Aliot

3 comments on “(Muncicaqs #10) – Perpignan, l’extrême droite aux portes du pouvoir

  1. Ping : (Municicaqs #13) – Toulouse, match serré dans la capitale du rugby

  2. Ping : (Municicaqs #12) – Nice, plein soleil pour Christian Estrosi ?

  3. Ping : (Municicaqs #11) – Villeurbanne : le changement ? C’est maintenant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :