Culture & Société

Le svastika ou « croix gammée » : histoire d’un symbole devenu tabou

Au début de ce mois de juillet, plusieurs journaux titrent sur un fait divers suffisamment hors du commun pour être souligné. Sur une décision qui remonte à 2017, la Finlande retire progressivement (et dans la plus grande discrétion) son vieux symbole des avions de l’armée de l’air nationale : une croix gammée bleue. À la place, l’effigie officielle depuis 2002, est devenu un aigle.

Symbole nazi ? Que nenni. Le svastika, avant de devenir aux yeux du monde occidental le symbole de la violence génocidaire et de la terreur antisémite, avait une tout autre histoire. L’origine du svastika, communément appelé « croix gammée » en raison de sa forme pouvant représenter quatre gamma (lettre grecque « Γ »), remonte bien avant l’utilisation qui en a été faite par le régime Hitlérien. En effet, on retrouve la fameuse croix à quatre branches dans d’innombrables endroits du monde, tant et si bien qu’elle est parfois désignée comme « symbole universel » : c’est qu’elle est avant tout un symbole religieux fort, voire omniprésent dans certaines religions.

Les premières traces de svastika retrouvées par les archéologues remonteraient à environ -10 000 ans avant J.-C., dans l’actuelle Ukraine. Mais, sans lien avéré les uns avec les autres, plusieurs foyers civilisationnels sur plusieurs continents se mettent à l’utiliser au cours de l’histoire religieuse. Ainsi, elle est retrouvée sur de nombreuses mosaïques romaines, ainsi que sur un des murs du site de Pompéi. Utilisé par les chrétiens, on peut également le trouver sur des plafonds d’églises, comme celle de Rabastens, sur la partie française du chemin de Compostelle. Le « hé oud » breton et le « lauburu » basque sont également des variantes du svastika. Symbole du dieu slave Svarog, il est aussi celui d’Odin pour la mythologie scandinave.

Sur le continent américain, il est utilisé par les Mayas pour décorer leurs temples, mais également par les Kunas du Panama ou encore les tribus du nord du continent (les Navajos et les Hopis). Ces civilisations donnent au symbole une signification différente, mais il est à noter qu’elle est dans tous les cas plutôt positive, ou utilisée comme symbole protecteur et de bon augure.

Dans le monde indo-asiatique, il n’est pas du tout tabou, et on le retrouve encore actuellement sur de nombreux temples. En effet, il représente le dieu Ganesh pour les Hindous (« celui qui élimine les obstacles »), ou encore la croissance ou la destruction selon son sens de rotation. Pour les Bouddhistes, il acquiert une myriade de significations en fonction de la variant religieuse et selon les pays : pour les bouddhistes zen et chinois, il n’est rien de moi que le sceau de l’esprit de Bouddha. Enfin, pour les jaïnistes (notamment en Inde), c’est l’un des 24 symboles auspicieux de la religion : il est donc omniprésent.

Deux caractères chinois représentent également le svastika : il est donc utilisé au quotidien en tant qu’élément de langage, le terme étant parfois utilisé en tant que prénom. Présent encore en Nouvelle-Calédonie ou chez les Maoris de Nouvelle-Zélande, le svastika est un symbole religieux millénaire dont l’ubiquité n’est plus à démontrer.

RECUPERATION DU SYMBOLE PAR LE REGIME NAZI

Durant la Seconde Guerre mondiale, le svastika est utilisé pour symboliser le IIIème Reich. Il est choisi par Hitler pour figurer sur le drapeau de son Parti national-socialiste (qui devient ensuite co-drapeau national de l’Allemagne), et finit par devenir synonyme d’antisémitisme et, par extension, de haine raciale. Partout en Europe, la croix gammée terrorise à juste titre. Elle doit symboliser la « race aryenne » telle que définie selon le Parti nazi, qui lui donne d’ailleurs dans les lois de Nuremberg des critères biologiques d’appartenance (ce qui, évidemment, repose sur une manipulation de la conception anthropologique de « race »).

Auparavant, le svastika est parfois utilisé en Europe pour mettre en avant une identité indo-ethnique, mais certains mouvements nationalistes allemands lui donnent sa connotation raciste en l’utilisant à leurs propres fins. De là, il n’y a qu’un pas à franchir, et c’est Alfred Rosenberg qui le fait : principal théoricien racial du IIIème Reich, il voit dans le svastika le « symbole du combat pour la victoire de l’Aryen », qu’il considère comme un peuple de « maitres, ancêtres des Germains ayant envahi l’Europe du Nord ». Bien qu’ayant désigné les Indo-Iraniens en tant que groupe ethno-linguistique, c’est d’une mauvaise interprétation historique et d’une vulgarisation du terme qu’est faite la conception nazi de « race aryenne », qui n’est en aucun cas une vérité ethnologique.

Dans certains pays européens, son utilisation est aujourd’hui règlementée ou censurée : l’Allemagne en interdit la représentation dans tout cadre qui ne serait pas historique. La France, elle, l’autorise « à des fins artistiques » mais la jurisprudence condamne son utilisation à des fins de diffamation ou de propagande.

Mais que faisait alors ce svastika sur les appareils de l’armée de l’air finlandaise ? Il y a deux raisons à cela. Premièrement, c’est un symbole présent dans la mythologie ougro-finnoise, mais aussi dans la mythologie nordique (c’est parfois le symbole attribué au dieu Thor, et plus précisément son marteau tournoyant dans le ciel figurant le soleil). Il n’y a pas lieu, donc, de crier au scandale : aucune apologie cachée du IIIème Reich derrière cette histoire. Deuxièmement, l’histoire de la présence ce symbole bleu aujourd’hui très controversé veut que ce soit le comte Eric Von Rosen, qui donne en 1918 à la jeune république finlandaise son premier appareil volant, qui l’orne alors de son porte-bonheur personnel.

0 comments on “Le svastika ou « croix gammée » : histoire d’un symbole devenu tabou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :